En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

J'adhère en 3 minutes

buttonadhesion01.png

Métier

Personnels

Commissions

Culture plus

Visites

 163178 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

Déclaration SNUDIFO CAPD 19 mai 2016

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://snudifo62.fr/data/fr-articles.xml

;Arras, le 19 mai 2016.

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, mesdames et messieurs les représentants à la CAPD,

C’est dans un contexte social des plus tendus que nous allons aujourd’hui examiner les promotions à la Hors-Classe ainsi que le premier temps du mouvement, deux étapes essentielles pour les carrières et les rémunérations des enseignants du premier degré.

Lors des « journées de la Refondation de l’Ecole » qui se sont tenues les 2 & 3 mai derniers, le président Hollande à déclaré « Tout va mieux, y compris à l’école ». La réalité pour les collègues dans les écoles est tout autre. Si l’ISAE a été revalorisée, cette  revalorisation n’efface pas le gel du point d’indice qui court depuis six ans et les années de baisse de salaire suite à l’augmentation  des prélèvements obligatoires. Ce n’est qu’une injustice qui est levée, et pas un cadeau. L’importance des grèves, en particulier celles des 26 janvier et 31 mars qui ont été particulièrement suivies dans le 1er degré, a montré l’exaspération des enseignants.

C’est, de toute évidence, ce qui a conduit le gouvernement à lâcher cette augmentation de 57€ nette par mois de l’ISAE. La Ministre a d’ailleurs précisé que cette augmentation ira de pair avec, je cite : « la révision du parcours de carrière de tous les enseignants ». Le pire est donc à craindre avec la mise en place du PPCR qui est un outil à contraindre les salaires. D’autre part, beaucoup de collègues sont exclus de cette indemnité : enseignants-référents, collègues des EGPA, conseillers pédagogiques, contractuels, etc. Le SNUDI-FO le dénonce avec force et demande que cette indemnité soit versée à chaque collègue Professeur des Ecoles. Notons au passage que plusieurs « candidats à la candidature » ont déclaré que le pays ne pouvait supporter cette « prime clientéliste » (je cite) et qu’ils reviendraient sur cette décision s’ils étaient élus.

La revendication de F.O n’en est que plus prégnante : cette prime doit être transformée en points d’indice pour être pérenne et versée à tous. Quant à la revalorisation de 0.6% de nos salaires, le chiffre parle de lui-même. C’est une aumône. Les augmentations, quand elles concernent les Professeurs des Ecoles, se font en dixièmes. Plus 0.4% de collègues accédant à la Hors-Classe, plus 0.6% de salaire… C’est bien trop peu pour affirmer que tout va mieux.

Mais comme le prouve le passage en force du projet de loi «El Khomri», les salariés de ce pays sont devenus une cible. Et la démocratie avec eux. Chacun aura entendu parler de la fameuse « inversion de la hiérarchie des normes », qui créera un dumping social sans précédent en tirant les salaires vers le bas ou la baisse drastique de la rémunération des heures supplémentaires déjà refiscalisées. On parle moins de la taxation des chèques-vacances, mais cette décision inique est pleine de sens: c’est aux plus modestes qu’on s’attaque par des lois d’envergure qu’on n’a pas su (ou voulu) déployer pour réintégrer les 80 milliards de l’évasion fiscale ou contrôler l’usage des exonérations du pacte de responsabilité.

La possibilité qu’on voudrait donner aux DASEN de déroger aux horaires hebdomadaires des PE pour réduire le temps de vacances, la municipalisation des écoles via les PEdT, sont la démonstration que les PE ne sont pas épargnés par l’inversion de la hiérarchie des normes, par la régression sociale programmée et au final, par le dépeçage de la République et de son Service Public.

Tout va mieux, donc, mais pas du côté mouvement non plus, malgré le professionnalisme et la disponibilité des services que nous remercions cette année encore.

M. l’Inspecteur, vous avez accepté de lever une partie du profilage des postes, accédant ainsi à une partie de nos revendications, puisque le SNUDI-FO est opposé à tout type de profilage et en réclame la disparition pour n’avoir recours qu’au barème, seul garant d’une transparence totale.

Néanmoins, cette avancée qui aurait pu fluidifier le mouvement a été gommée par le nombre important de postes bloqués. Plus largement, ce blocage qui rend le mouvement difficile devrait amener à reconsidérer le mode de formation dans les ESPE. Face à l’allongement des carrières, la possibilité de changer d’affectation peut constituer une respiration dans la carrière d’un Professeur des Ecoles et s’avérer salutaire.

Cela devient très difficile. Et nombre de collègues avec des barèmes faibles seront encore sur des postes qui vont les contraindre à traverser une partie du département pour se rendre sur leur lieu d’affectation. Le SNUDI-FO s’oppose toujours à ce mode d’affectation. Lors d’un point presse tenu lors des journées de Refondation, la Ministre a déclaré: « la condition enseignante est mon chantier du moment, après avoir mis en œuvre plusieurs réformes (...) centrées sur l'élève ».

Mais pour l’ensemble des enseignants comme pour l’ensemble des salariés, l’utilisation du 49-3 sur la loi travail ne nous engage pas à la croire.

En marge de cette déclaration et des travaux qui suivront, nous tenons aujourd’hui à présenter à assurer nos camarades du SNU-Ipp de nos plus sincères condoléances à l’occasion du décès de notre collègue Patrick Chavatte qui frappe leur Conseil Syndical.

Je vous remercie de votre attention.

iconepdf.png


Date de création : 24/05/2016 17:08
Catégorie : Commissions - CAPD-2015-2016
Page lue 1317 fois

Agenda syndical

 

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :