En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

J'adhère en 3 minutes

buttonadhesion01.png

Métier

Personnels

Commissions

Culture plus

Visites

 232704 visiteurs

 12 visiteurs en ligne

Déclaration FO CDEN du 07/04/2015

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://snudifo62.fr/data/fr-articles.xml

logofnec.jpgDéclaration de la FNEC-FP-FO

au Conseil Départemental de l’Education Nationale du 7 avril

Madame la Préfète, Monsieur le Directeur Académique,

Mesdames et messieurs les membres du CDEN,

L’ouverture de ce CDEN est pour nous une première puisque la Fédération de l’enseignement, FNEC-FP-FORCE OUVRIERE n’avait jusqu’à présent pas de représentant au CDEN.

Les résultats des dernières élections professionnelles avec une progression de plus 50% des voix au CTM et de plus de 48% au CTA nous permettent maintenant d’être représentés dans cette instance.

Ces résultats signifient pour FORCE OUVRIERE, que les personnels nous demandent de continuer de nous opposer à l’austérité et de défendre l’Ecole de la République.

Ces résultats signifient que les personnels nous demandent de défendre le caractère national de l’école publique qui est aujourd’hui menacée par la réforme territoriale et par la Loi de refondation du Ministre Peillon qui en est l’application à l’école.

Comment ne pas voir en effet, avec la réforme des rythmes scolaires et la mise en place des projets éducatifs territoriaux, la volonté de passer d’une éducation nationale à une éducation territoriale, différente selon les territoires comme l’annoncent déjà certains responsables politiques.

La carte scolaire du premier degré a été reportée de plus d’un mois en raison des élections départementales, ce qui pour FORCE OUVRIERE est inacceptable et que nous avons vivement condamné.

Dans ces conditions, nous n’avons pas eu le temps et les moyens de recontacter les écoles pour vérifier les éléments qui nous ont été donnés et faire remonter nos remarques, ce qui est très dommageable.

Il faut remercier au passage les personnels de la DSDEN qui malgré ces conditions extrêmement difficiles et les délais contraints, ont fait le maximum pour nous donner toutes les informations avant cette réunion

Mais revenons à la carte scolaire pour laquelle nous sommes réunis aujourd’hui.

Alors qu’il y a eu 80 000 suppressions de postes sous les Gouvernements précédents, à la moitié du quinquennat, le ministère de l’éducation nationale reconnaît n’en avoir créé que 3 856 dans l’enseignement public (2 906 dans le primaire et 950 en collèges et lycées). Où sont les 60 000 postes promis pour l’école à l’horizon 2017 ?

On est loin du compte.

La réalité c’est qu’avec seulement 28 postes supplémentaires, on est toujours sur les mêmes seuils qu’avec le précédent gouvernement. Il n’y a aucune amélioration.

Selon les annonces de Monsieur l’Inspecteur d’Académie, en milieu ordinaire, il faudrait toujours plus de 31 élèves après fermeture en maternelle pour éviter le couperet et alors que les deux ans ne sont toujours pas pris en compte et plus de 25,6 élèves en élémentaire.

C’est pour nous inacceptable.

Pour la rentrée 2015, on nous annonce :

68 suppressions de postes en collèges et 5 suppressions en SEGPA pour seulement 31 créations.

Et pour l’enseignement primaire, le projet qui nous a été présenté porte sur 81 fermetures de classe et seulement 35 ouvertures.

C’est la casse de l’enseignement public qui continue !

Les écoles rurales sont particulièrement touchées. 3 fermetures d’écoles de village sont annoncées.

Et nous continuons de constater que des écoles perdent des élèves vers le privé à cause da la réforme des rythmes, ce qui conduit parfois à des fermetures ou à empêcher des ouvertures de classes.

Et dans le même temps, de nombreuses communes envisagent des fusions et des regroupements d’écoles sur plusieurs communes pour faire des économies, mutualiser les moyens et faciliter la mise en place des Temps d’Activités Péri-éducatifs.

Les écoles rurales sont gravement menacées et chacun sait que la perte de l’école, c’est aussi souvent la mort du village.

Seules, les écoles en REP et REP+ pourraient échapper aux suppressions (en tout cas en maternelle).

Mais pour les décharges de directeurs :

  • Certains y gagneront (règle du 1/3 pour les écoles à 9 classes)

  • D’autres (écoles en REP ou REP+) vont passer d’une décharge complète à une demie ou de un tiers à un quart. Les Directeurs devraient faire plus avec moins.

Il s’agit de récupérer des postes pour 10 projets « plus de maîtres que de classes » et pour décharger 9 jours par année scolaire les enseignants en REP+.

La refondation montre son vrai visage.

Comme nous l’avions dénoncé au CTSD, il s’agit de déshabiller Pierre pour habiller Paul (bien mal d’ailleurs).

Il s’agit aussi de modifier les obligations de service des enseignants en REP+ en leur imposant 9 jours de décharge par an pour mettre en place des projets en liaison avec les collèges.

Avant de parler de « plus de maître que de classe », on aimerait qu’il y ait un maître devant chaque classe, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui avec des centaines de journées de classe non replacées.

On aimerait aussi qu’il y ait le rétablissement des RASED qui ont été fermés et des RASED complets en nombre suffisant pour suivre les élèves en difficulté, ce qui est là encore loin d’être le cas.

On aimerait enfin que soient maintenus tous les postes spécialisés et toutes les classes de SEGPA, alors que 5 classes de SEGPA sont encore fermées cette année.

La FNEC-FP-FO exige qu’on continue d’offrir aux élèves les plus en difficulté une chance réelle d’insertion durable dans la société, ce qui passe par le maintien de toutes les classes spécialisées et de toutes les SEGPA.

Pour toutes ces raisons, et aussi pour exiger l’augmentation des salaires, les enseignants seront nombreux à participer à la grève interprofessionnelle appelée par FO, la CGt, la FSU et Solidaires ce jeudi 9 avril.

Ils seront en grève contre l’austérité, pour réclamer l’abandon du pacte de responsabilité, de la loi Macron et de la réforme territoriale dont la refondation de l’école est l’application dans l’éducation nationale.

Je vous remercie de votre attention.

iconepdf.png


Date de création : 14/04/2015 09:15
Catégorie : Commissions - CDEN-2014-2015
Page lue 1904 fois

Agenda syndical

 

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :