En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Nous rejoindre en quelques clics

jadhere.png

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :

Métier

Personnels

Commissions

Culture plus

Visites

 247065 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

CAFIPEMF

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://snudifo62.fr/data/fr-articles.xml

Quelques remarques concernant le nouveau CAFIPEMF et la création d’une certification de Formateur académique

Le Conseil supérieur de l’éducation a examiné le 10 avril un décret portant création de formateur
académique et des modifications du CAFIPEMF, (certification pour devenir maître-formateur), pour une
application dès la rentrée 2015/2016.

Une mesure de la loi de Refondation de l’Ecole

La note de présentation du Ministère est très explicite et se suffit à elle-même pour comprendre le but de ces deux nouvelles mesures. Le MEN explique lui-même que la création d’une certification de formateur 2ème degré et d’un nouveau CAFIPEMF obéit à la logique de la « réforme de la formation portée par la refondation de l’école ».

L’école du socle implique une formation unique de la maternelle à l’université

L’existence de deux types de formateurs 1er et 2ème degré contribue au « nécessaire rapprochement » induit par l’école du socle… qui « justifie une architecture identique de la certification afin de
favoriser la cohérence de la formation ».

Commentaire du SNUDI-FO : De nouveaux

formateurs pour aller rapidement vers une « formation » unique de la maternelle à l’université dans une école du socle avec création d’un corps d’enseignants du socle ? C’est la logique du MEEF et de la mastérisation. En effet, il est à noter que l’admission à la certification de formateurs académiques comporte «une épreuve de pratique professionnelle, pédagogique ou éducative – disciplinaire, interdisciplinaire, inter-cycles, inter-degrés – à l’échelle d‘un établissement ou d’un bassin d’éducation et de formation, suivie d‘un entretien avec le jury », jury qui comprend un IEN du 1er degré.

Le pilotage devient académique :

Il n’est donc plus du ressort du DASEN. Ainsi le mémoire et la date de dépôt d’admissibilité sont fixés par le Recteur.

Commentaire du SNUDI-FO : dans le cadre de la gouvernance académique, on retire de plus en plus de prérogatives aux DASEN. La logique de cette gouvernance voudrait que les « formations » futures
deviennent académiques.

Les candidats sont vivement encouragés à s’impliquer dans l’ESPE avec possibilité de
certification en crédits ECTS. Les admis pourront s’inscrire dans un parcours diplômant de la mention MEEF 4

Commentaire du SNUDI-FO : Le MEN encourage donc les futurs formateurs à passer un Master. On peut donc s’interroger sur la possibilité de passer cette certification pour les candidats ayant un DEUG ou pour les anciens instituteurs…. Ou de ceux qui ne souhaiteraient pas passer un
Master… Seront-ils interdits de CAFIPEMF ?

Concernant les épreuves :

Admissibilité :

Il n’y a plus d’épreuve pratique, celle-ci est remplacée par un dossier comprenant un rapport d’activité et l’avis de l’IEN appuyé sur un entretien spécifique sur la base des rapports d’inspection antérieurs.

Les dossiers sont examinés par un jury qui prononce la liste des admissibles.

Admission :

- Mémoire professionnel qui ne porte pas sur un domaine au programme de l’école mais qui consiste en un travail personnel de réflexion sur une problématique d’accompagnement ou de formation.

- Epreuve de pratique professionnelle.

Le jury  devient académique et non plus départemental.

Pour l’ancien CAFIPEMF, le jury était composé de 6 membres : 1 IA (président du jury), 1 inspecteur, 1 IEN, 2 MF, 1 formateur de l’IUFM.

Pour le nouveau CAFIPEMF, le jury sera composé d’un IEN, de l’IEN de circonscription, d’un CPC ou d’un MF, d’un professeur de l’ESPE, un IA-IPR « pour favoriser l’inter-degré ».

Un nouveau CAFIPEMF 1er degré :

La certification se déroule sur deux ans avec l’admissibilité en 1er année et l’admission en 2ème année :

Une option « enseignement en maternelle » est introduite.

Le processus de certification est étalé sur deux ans :

Admissibilité la première année, basée sur un entretien avec le jury ( IEN, CPC, Maître formateur,
Professeur en ESPE et IA IPR) à partir d’un dossier fourni par le candidat qui relate une expérience
professionnelle significative.

Admission l’année suivante, avec comme aujourd’hui la présentation d’un mémoire professionnel et le choix pour le candidat entre l’analyse d’une séance de classe d’un stagiaire ou la réalisation d’une action de
formation. 

La certification est accompagnée :

 Pendant la période de préparation à l’admission, le candidat doit bénéficier de situations d’observation en accompagnant un maître formateur ou un conseiller pédagogique sur des visites ou des animations.

Il bénéficiera également de modules de formation inscrits au plan académique de formation.  

Commentaire du SNUDI FO : Avec quels moyens les candidats seront-ils remplacés pendant les situations d’observations et les périodes de formations ?

En conclusion

Avec la création d’une certification de formateur académique et la « rénovation » du CAFIPEMF, le MEN avance vers la fusion des corps pour aller vers le corps unique. Le SNUDI-FO rappelle son opposition au corps unique dont le véritable objectif est de remettre en cause les garanties statutaires ( ORS ; Indemnité… ) de chacun des différents corps.

iconepdf.png


Date de création : 26/05/2015 08:51
Catégorie : Métier - Formation-2014-2015
Page lue 4023 fois

Agenda syndical