En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

J'adhère en 3 minutes

buttonadhesion01.png

Métier

Personnels

Commissions

Culture plus

Visites

 213003 visiteurs

 13 visiteurs en ligne

Déclaration liminaire CAPD 25/05/18

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://snudifo62.fr/data/fr-articles.xml

snudi62bis.jpgArras, le 25 mai 2018

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, mesdames et messieurs les représentants à la commission administrative paritaire départementale,


 

C'est au quasi lendemain d'une grève dans les trois versants de la Fonction Publique que nous nous réunissons.

Si ce gouvernement a réussi une chose, c'est fédérer le mécontentement de toute la Fonction Publique mais aussi de toutes les organisations syndicales qui avaient toutes appelé à la grève et à la manifestation. Car les chiffres laissent pantois. Ainsi, la France, sixième puissance mondiale, est le pays qui a reversé en 2017 le plus de dividendes aux actionnaires, selon l'ONG OXFAM. Dans le même temps, après avoir étrillé les retraités, ponctionné les APL et augmenté la CSG et autres prélèvements obligatoires, le gouvernement laisse entendre que les fonctionnaires sont une classe de nantis à laquelle il faudrait s'attaquer.

Nous subissons déjà le gel du point d'indice, le retour du jour de carence et un durcissement sans bienveillance ni humanité des conditions d'obtention d'une journée d'absence avec traitement pour se soigner ou enterrer un proche.

Demain, on nous promet une deuxième journée de solidarité. Le travail gratuit a déjà existé. C'était la corvée, réintroduite par le gouvernement Raffarin, que l'on croyait abolie depuis 1789.

Ce gouvernement promet également la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires et le remplacement du statut par la contrat. Le statut, pointé du doigt comme un privilège, n'est que le nécessaire garant de l'indépendance du fonctionnaire. Les privilégiés aujourd'hui ne sont pas celles et ceux de nos collègues fonctionnaires qui sont devant les élèves, au chevet des malades ou dans les lieux publics pour assurer notre sécurité quotidienne.

La contractualisation, c'est la création d'emplois précaires. Des emplois où les devoirs restent identiques à ceux des titulaires mais où les droits sont réduits à presque rien. C'est l'abandon des droits collectifs, juste des contrats de gré à gré. Le retour en somme du contrat individuel de louage de service.

Toutes ces « retours vers le futur » s'attaquent à la Fonction Publique mais aussi à tous ses usagers et en premier lieu aux plus modestes qui n'ont pas accès à des services privés. Ils s'attaquent aux conquêtes sociales arrachées après des décennies de lutte.

Il n'y a pas de République sans service public, sauf une République en marche arrière. Chacun doit prendre conscience de la gravité des mesures qui pointent et agir.

L'austérité se ressent bien sûr sur le terrain et puisque nous discutons le premier temps du mouvement, le SNUDI-FO demande toujours que des postes soient créés, entre autres :

  • pour que le remplacement reste possible lors des périodes hivernales

  • pour que tous les temps partiels, quelle que soit la quotité, puissent être accordés aux personnels qui le demandent

  • pour octroyer aux collègues qui en font la demande une mise en disponibilité. Alors que la directrice générale des ressources humaines affirme que, je cite, « on ne peut plus être professeur pendant 40 ans », nous déplorons que les collègues désireux de tenter une reconversion ne puissent plus bénéficier d'une disponibilité, faute de moyens alloués.

Nous demandons également la création de postes au sein de notre administration pour que le mouvement puisse être réglé également par un deuxième temps informatisé, qui serait ainsi facilité et totalement lié au barème.

A ce titre, une fois encore, nous tenons à remercier l'ensemble des personnels en charge des mutations intradépartementales, tant pour la lisibilité des documents fournis, que pour la sympathie et le professionnalisme que vous adoptez pour répondre à nos questions les plus variées.

L'utilité de nos services départementaux est indéniable et Force Ouvrière s'opposera toujours à de quelconques fusions ou redéploiements qui ne devraient servir que la volonté de contracter encore des effectifs.

Je vous remercie de votre attention.

iconepdf.png


Date de création : 31/05/2018 10:59
Catégorie : Commissions - CAPD-2017-2018
Page lue 547 fois

Agenda syndical

 

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :